1848

« Nous gouverneur de la Guadeloupe etc.
Vu le décret du Gouvernement provisoire en date du 4 mars qui proclame que nulle terre française ne peut plus porter d'esclave ;
Vu le retard que les circonstances ont apporté à l'application de ce principe à la Guadeloupe;
Considérant que par le bon esprit dont elle a fait preuve, la population esclave s'est montrée digne du bienfait de la liberté;
Considérant que tout annonce qu'elle continuera à le mériter en persévérant dans ses habitudes d'ordre et de travail et dans l'accomplissement de tous les devoirs du citoyen;
Confiant dans son intelligence et dans son patriotisme
Vu l'article 41 de la loi du 24 avril 1833;
De l'avis unanime du Conseil privé;
Avons arrêté et arrêtons.

Art. 1er.
L’esclavage est aboli.
Art. 2.
L'indemnité, due légitimement aux propriétaires, est placée sous la sauvegarde et l'honneur français et de commun à la justice de l'Assemblée nationale.
Art. 3.
Le Commandant militaire et les chefs d'administration sont chargés de l'exécution du présent arrêté.
Basse-Terre, le 27 mai 1848.
Signé: Layrle
Par le gouverneur en Conseil;
Signé : Chaumont, Guillet, S. Billecocq, Bayle Mouillard,  Bonnet, A. Lignières, A. Mollenthiel, Saugier, Richard de Chicourt ».

Proclamation accompagnant l’arrêté d’abolition de l’esclavage du 27 mai 1848.

« République française - Liberté, Égalité, Fraternité
Proclamation du Gouverneur de la Guadeloupe

Citoyens,
Il n’y a plus d’esclaves à la Guadeloupe.

L’esprit de sagesse et de modération dont la population esclave a fait preuve méritait une récompense. Il m’a permis d’avancer le jour de la liberté.
Que nos nouveaux citoyens continuent d’être modérés et sages ! Qu’ils s’élèvent par le travail, les bonnes mœurs, la religion, à tenir la dignité d’homme libre !
Qu’ils aident à rendre ce beau pays riche et florissant !
Des mesures pour réprimer sévèrement le désordre et le vagabondage seront immédiatement arrêtées. Tous mes soins, tous mes efforts seront consacrés désormais à obtenir pour les maîtres une légitime indemnité.

            VIVE LA RÉPUBLIQUE !

Fait à l’Hôtel du Gouvernement, Basse-Terre, le 27 mai 1848.

                                                                                                         Layrle. »